Retourner vers Candidatures acceptées

[Candidature acceptée] Mayaelle Cherchebosquet

[Candidature acceptée] Mayaelle Cherchebosquet

Messagepar Mayaelle » Ven 24 Juil, 2015 2:35 am

Cela faisait quelques heures que Mayaelle avait quitté les terres luxuriantes de Féralas, pratiquement bredouille, suite à ses nombreuses heures de fouilles sur ce qui fut jadis une extension des cités de la puissante civilisation Kaldorei. La nuit s'était déjà installée depuis longtemps quand elle atteignit le marécage d'âprefange. Toutefois elle ne comptait pas se reposer avant d'avoir atteint les ruines de l'ancienne Theramore. Bien que l'ancien bastion humain de Kalimdor soit désormais défiguré par la lâcheté d'un guerrier ayant porté un temps le titre de chef de guerre de la Horde, elle ne pouvait pas encore se résoudre à accepter la mort d'un ami proche durant ce conflit et se devait de lui rendre hommage quand les rares occasions se présentaient.
Une poignée de kilomètres à vol d'oiseau la séparait encore des ruines du port humain, kilomètres s'allongeant inexorablement pour quiconque désirait les parcourir à pied. En effet, que ce soit à cause de la terre molle et collante, des eaux stagnantes abritant une faune particulièrement hostile, sans oublier les nombreuses populations humanoïdes non amicales, le marais n'invitait pas à le traverser par voie terrestre. Mayaelle remercia à nouveau son Shan'do de lui avoir enseigné la capacité à adopter la forme des impressionnants corbeaux des tempêtes. Cependant l'effort continu qu'elle fut contrainte de fournir pour parvenir jusqu'ici lui pesait désormais lourdement. Chaque battement d'ailes supplémentaire lui semblait aussi difficile que de soulever un rocher sous sa forme elfique.

L'effort s’atténua quand elle aperçu une route pavée creusant un sillon bien distinct entre l'épaisse cime des arbres. Cela indiquait que la citée humaine était désormais toute proche. Elle se laissa alors descendre en planant afin de récupérer quelques forces quitte à se trouver à portée d'une attaque provenant du sol ou des arbres. Elle plaça sa confiance en sa vue perçante, aucunement amputée par l'obscurité qui régnait durant la nuit comme pour tous ses frères et sœurs de la nuit.
C'est sur cette même route qui lui servait de repère qu'elle distingua soudainement du mouvement. Mayaelle reprit rapidement de l'altitude ne souhaitant pas attirer l'attention mais sa curiosité naturelle la poussa à observer cet individu courir avec entrain. Il s'agissait d'un humain, un homme à en juger par sa carrure. Que pouvait il bien faire ici? Theramore n'étant plus, il n'y avait aucune raison de s'aventurer dans ce lieu, si ce n'est pour se cacher. Il ne semblait pourtant pas fuir quelqu'un ou quelque chose à en juger par son allure qui laissait suggérer un homme pressé mais non effrayé à l'idée d'être attrapé par d'éventuels poursuivants. Aussi elle se contenta de le suivre depuis le ciel veillant à ce que la clarté de la lune ne dépose pas l'ombre de sa silhouette au sol devant l'individu hâtif.

Un petit moment suffit à Mayaelle pour distinguer ce qui devait être la destination de cet homme: une tour de guet humaine, intacte contrairement à Theramore. Une aubaine dans cette région bien que ce genre de lieu si il se trouve être abandonné, constitue alors un repaire idéal pour tout individu ou groupe aux passés peu glorieux. La surprise de Mayaelle n'en fut que plus grande quand elle distingua, en se posant au sommet de la tour, un groupe constitué d'une douzaine de membres issus de toutes les races de l'Alliance: nains comme gnomes et même un elfe de la nuit répondaient à l'appel auquel vint s'ajouter l'humain qu'elle suivait depuis peu. Le groupe était indubitablement hiérarchisé et l'ordre y régnait sans que personne n'ose le perturber. Fait compréhensible quand la druidesse distingua celle qui donnait les ordres avec une autorité digne d'un général de guerre. Une femme grande portant une armure que peu supporteraient de porter de longues heures. Sa longue chevelure retombait sur un tabard qui surpris Mayaelle davantage. Elle avait déjà vu ce symbole qui ornait le centre de la pièce de tissu mais ne parvenait pas à se rappeler où exactement.
Elle décida donc de rester à proximité du groupe, espérant entendre un quelconque indice l'aidant à rafraichir sa mémoire, qui plus est cette pause improvisée n'était pas pour lui déplaire après plusieurs heures à survoler Kalimdor.

Finalement la supérieure dispersa le rassemblement en 2 divisions plus petites après leur avoir fourni une énigme leur permettant de se rendre dans un lieu à proximité de la tour. La tournure des évènements laissait supposer à un entrainement en milieu hostile et en termes d'hostilité, ce marécage convenait particulièrement bien à la situation. L'un des membres avant de partir interpella la femme en armure par son grade: "Connétable". Il s'agissait donc d'une Connétable, grade le plus élevé et respecté dans la hiérarchie militaire de l'alliance, attribué à peu de personnes. Mayaelle n'avait par ailleurs eu que très peu d'occasions d'en rencontrer ces 200 dernières années. L'évocation de ce titre lui fit soudain retrouver la mémoire quand à l'origine du symbole sur le tabard. Elle se rappela ses années à servir pour le cercle cénarien dans les Maleterres de l'Ouest où sa mission principale consistait à soigner ces terres impies anciennement ravagées par le fléau d'Arthas afin de restaurer la flore locale. Mission lui tenant à cœur au fur et à mesure qu'elle y donnait de sa personne malgré les horreurs que cela impliquait. Sa mission de restauration devint rapidement une succession de missions de sauvetage où ses talents de guérisseuse étaient davantage utilisés afin de soigner les nombreux soldats blessés. Elle y avait alors mesuré toute l'ampleur du conflit entre les humains de l'ancienne Lordaeron et morts-vivants. Les soldats en convalescence évoquaient régulièrement un ordre particulièrement dévoué à la récupération des terres qui abritèrent à une époque, l'alliance qui repoussa l'invasion orc durant la 2ème guerre. Contrairement à ce que pensait Mayaelle au départ, il ne s'agissait pas des fanatiques de la Croisade Écarlate mais bien d'un autre ordre appelé l'Ost Pourpre dont le blason décrit par les soldats correspondait relativement bien à celui qu'elle avait sous les yeux en ce moment.

Il y avait donc peu de doutes à avoir si ce n'est le lieu choisi pour l'entrainement situé à des jours de voyages des Royaumes de l'Est.
Finalement la Connétable se retrouvait seule au pied de la tour. C'était l'occasion idéale pour se présenter sous une forme plus appropriée à la conversation sans déranger cette dernière en plein briefing auprès de ses compagnons. Mayaelle entama une courte descente et commença sa transformation afin de recouvrer sa forme elfique tandis qu'elle n'avait pas encore touché le sol. La conversation fut brève mais respectueuse car la Connétable, qui se présenta sous le nom d'Aurys de Nor Laedro, devait se rendre rapidement sur l'île d'Alcaz, point où les membres de son ordre devaient se rendre le plus vite possible. Contre toute attente, elle invita Mayaelle à la rejoindre et poursuivre la conversation une fois sur place.

Quelques temps plus tard, la druidesse qui avait parcouru la distance à vol d'oiseau à nouveau, s'était posée sur les hauteurs de l’île, repérant ainsi immédiatement tout individu qui viendrait à accoster sur l'une de ses plages. Il fallut peu de temps pour que les premiers membres posent pied à terre sur l'ancienne geôle du roi Varian Wrynn. Une fois encore, le lieu n'avait rien d'hospitalier. Un cours laps de temps fut nécessaire pour que tout le groupe soit de nouveau rassemblé, toujours sous 2 divisions bien distinctes. L'elfe de la nuit se posa à proximité et la Connétable en personne vint à nouveau à sa rencontre, lui demandant de patienter un moment afin qu'elle communique au préalable les subtilités de cet entrainement de plus en plus original aux yeux de la druidesse qui s'assit à distance raisonnable pour ne pas déranger qui que ce soit.
Une fois les ordres donnés, une conversation plus longue commença entre la Kaldorei et Dame Aurys. Elle ne put s'empêcher de rapidement demander si le tabard que portait cette femme représentait bien celui de l'Ost Pourpre. Déconcertée ne suffirait pas à décrire l'état de Mayaelle quand la Connétable lui fit comprendre que non seulement elle faisait effectivement partie de cet ordre mais en était surtout la dirigeante. Le destin jouait décidément bien des tours et pas seulement aux humains. Mayaelle qui souhaitait de nouveau arpenter les terres de l'Est afin de poursuivre son œuvre de restauration avait probablement devant elle, la personne la plus à même de la soutenir dans sa tâche. En effet elle lui expliqua qu'elles étaient ses qualités de guérisseuse et bien que s'entrainant sans cesse dans l'art du druidisme, une soigneuse seule ne pouvait pas aboutir à grand chose sans des compagnons motivés. La Connétable opina du chef et expliqua à la druidesse que de tels talents pourraient s'avérer particulièrement utiles dans la reconquête de ses terres.
Elle l'invita dès lors à se rendre dans leur quartier général situé dans la forêt d'Elwynn, aux abords de la marche de l'Ouest et se présenter dans le but d'entamer une candidature quand à une éventuelle adhésion au sein de son ordre.

Bien que pressée, ce qui est plutôt rare la concernant, la jeune Cherchebosquet accepta la nouvelle invitation de Dame Aurys à rejoindre l'un des groupes près d'un feu de camps afin de faire plus ample connaissance avec les membres présents sur place. Elle put ainsi discuter avec Claryssa, une gnome aux grands yeux bleus à la longue coiffure blanche disposée en 2 grosses couettes au tempérament de feu, ce qui est peu dire. A côté se trouvait également Hägnar, un nain solidement charpenté à la barbe grisonnante, probablement noire il fut un temps, équipé d'une longue lame dégageant une vive aura lumineuse, au franc parler digne des nains de Forgefer ou encore du clan Marteaux-hardis. La conversation entre les 2 membres de l'Ost Pourpre et Mayaelle dura un moment où la convivialité se faisait ressentir, chose plutôt rare dans les relations entretenues chez les elfes de la nuit adoptant une certaine forme de retenue naturelle. A aucun moment la Kaldorei ne se senti en retrait, ce qui la conforta dans l'idée de rejoindre l'ordre.
Les heures passèrent et Mayaelle avait à faire avant d'entamer le long voyage qui la séparait des royaumes de l'est. Elle décida donc de quitter l'île servant de base d'entrainement après avoir échanger de chaleureuses salutations avec l'espiègle gnome et le nain vétéran.

****

Plusieurs jours s'étaient écoulés depuis la dernière rencontre avec les membres de l'Ost Pourpre au marécage d'âprefange. La druidesse était parvenue à embarquer à bord d'un solide navire mouillant à Cabestan, ce dernier se dirigeant vers Baie du Butin. Elle n'appréciait guère la compagnie des Gobelins, véritables destructeurs de l'environnement à ses yeux, prêts à sacrifier la moindre parcelle de nature au profit de la technologie mais surtout de l'argent. Bien que la traversée du grand océan central se fit sans encombres, si on évitait de mentionner les traditionnelles querelles du soir entre individus galvanisés par l'alcool mêlé à la frustration d'une partie de cartes gagnée d'une manière plus que douteuse, Mayaelle ne souhaitait qu'une chose: quitter le navire.
Tandis que l'aube d'un jour nouveau perçait l'horizon, elle distingua grâce à sa vue perçante les premiers reliefs de ce qui devait être des îles de la vallée de Strangleronce. Plutôt que d'attendre que le navire gobelin s'amarre à Baie du Butin, lui faisant perdre davantage de temps, elle adopta sa forme de corbeau des tempêtes et quitta le navire sans prévenir qui que ce soit. La manœuvre lui permit quelques temps plus tard de parvenir aux côtes de la région agricole humaine nommée Marche de l'Ouest. Dès lors elle savait que la garnison de l'Ost Pourpre n'était plus loin.

Le soleil dépassait désormais l'horizon quand l'elfe de la nuit survolait la cime des arbres constituant la forêt d'Elwynn, l'odeur dégagée par ses derniers était particulièrement agréable, sans équivoque avec la végétation troublée, parfois corrompue, présente à Sombrerivage qu'elle connaissait si bien. Quelques battements d'ailes après, elle distingua ce pourquoi elle avait si longuement voyagé, son ombre glissait désormais sur les toits de la Garnison du Ruisseau de l'Ouest. Le bâtiment adoptait des lignes strictes qui inspiraient l'ordre militaire, digne de l'architecture des installations de guerre humaine. Quatre tours cerclées par de solides remparts constituaient la puissante défense de la battisse et cette fois Mayaelle dérogerait à ses habitudes consistant à se poser sur les toits sous sa forme aviaire sous peine de recevoir un accueil bien moins chaleureux que sur l'île d'Alcaz. Ne sachant pas à qui elle aurait affaire, elle décida après avoir effectué plusieurs tours en vol afin d'y distinguer les individus présents, de se poser à une distance raisonnable de l'entrée de la garnison et d'entamer sa transformation en forme elfique.
Elle devait à nouveau faire ses preuves comme elle l'avait fait pour le cercle cénarien à l'époque, les elfes de la nuit se faisaient rares dans les régions humaines, encore plus dans les rangs des armées. Elle dévoilerait ses talents en temps voulu, pour l'heure, elle avança en direction des gardes postés à l'entrée, se présenta et signala le motif de sa venue:

"Ishnu-alah membres de l'Ost Pourpre, je m'appelle Mayaelle, Mayaelle Cherchebosquet. Je viens à vous aujourd'hui afin d'effectuer une demande pour rejoindre vos rangs."
Avatar de l’utilisateur
Mayaelle
Écuyer
 
Messages: 194
Inscription: Mar 21 Juil, 2015 10:13 am

Re: Mayaelle Cherchebosquet

Messagepar Hägnar » Ven 24 Juil, 2015 4:48 pm

Après l’entraînement pré-matinal, Hägnar Marteau-fracassant avait prit l'habitude de pêcher en compagnie de Bec-foudroyant, son aiglon. C'est ainsi que le Nain préparait son matériel dans sa chambrée à cette heure précoce où le soleil venait à peine d'apparaître dans son entièreté,

L'aiglon glatissait à pleins poumons, il était sans aucun doute ravi de cette nouvelle activité régulière développée au camp d’entraînement de l'Ost Pourpre en Âprefange. Hägnar lui fit signe et il se posa sur son épaulière. A un an et demi, l'envergure de l'animal était déjà fort imposante pour un Nain, et s'il continuait de grandir comme cela, une seule épaule de son maître ne suffirait plus.

Armé de sa canne à pêche et de ses armes : un solide marteau et une grande épée de pierre rouge brillante d'une aura de Lumière, il sortit de la tour de garde. Un aussi lourd armement pour une simple partie de pêche pouvait faire sourire, mais pour Hägnar, un combattant se devait d'être armé et en armure à chaque instant. Il était d'ailleurs bien heureux d'avoir reprit son équipement habituel, celui qu'il avait durant le camp d'entrainement ne lui convenait pas vraiment. Il prit la direction du petit ruisseau méridional lorsque Bec-foudroyant s'envola d'un simple coup d'aile qui fit virevolter la barbe du Nain. Cependant, au lieu de se diriger vers le lieu de pêche, il fit demi-tour et alla vers la Garnison.

D'habitude Hägnar laissait l'animal faire ses affaires dans son coin, mais il vit que l'aigle s'était posé sur le mur d'entrée de la garnison et semblait intéressé par un inconnu. Voulant éviter que son aigle fasse mauvaise impression et finisse en ragoût s'il s'agissait là d'un invité important, il posa sa canne à pêche contre un arbre et se mit à trottiner.

Lorsque la distance se réduisit, il devina qu'au dos, il s'agissait là d'une Elfe dont l'équipement ne lui semblait point inconnu. Il s'approcha et reconnu celle qu'ils avaient rencontrée sur l'île d'Alcaz. Si son nom clanique lui était revenu immédiatement, il fallut tout de même quelques secondes pour le prénom : Mayaelle Cherchebosquet.

Le Nain se rendit à la rencontre de l'Elfe et une fois arrivé, Bec-foudroyant descendit de son perchoir pour revenir sur l'épaule d'Hägnar tout en poussant quelques glatissements interrogateurs. Visiblement, leur interlocutrice l'intriguait.

« Ah, mais c'est qu'v'là dame Cherchebosquet ! J'vois qu'z'avez réussi à trouver l'garnisson, 'l'voyage ça a été. ? Désolé pour Bec-foudroyant, il est plutôt agité c'matin... Alors, qu'est ce qu'on peut faire pour vous ? »
Hägnar Marteau-fracassant
"Nain et montagne ont ceci en commun qu'il faut un lourd marteau et une infinie patience pour en venir à bout"
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Hägnar
Écuyer
 
Messages: 451
Inscription: Mar 18 Nov, 2014 12:34 am

Re: Mayaelle Cherchebosquet

Messagepar Mayaelle » Ven 24 Juil, 2015 11:38 pm

Mayaelle avait à peine formulé sa demande à l'entrée de la garnison qu'une réaction ne se fit pas attendre. Toutefois la druidesse ne put cacher son étonnement quand elle vit que l'agitation produite provenait non pas d'un humanoïde mais d'un oiseau. Il s'agissait d'un rapace, plutôt jeune à en juger par l'apparence de l'animal, ce dernier obtiendrait très probablement une taille n'ayant rien à envier à la forme aviaire de l'Elfe une fois sa taille adulte atteinte. Cependant une toute autre caractéristique retint son attention. L'aigle était à n'en pas douter domestiqué, son espèce n'étant pas présente à l'état naturel dans cette région. Cette dernière privilégiait davantage les pics montagneux supportant une flore riche comme des forêts de conifères et autres versants d'herbes grasses où une faune développée fournissait de la nourriture en abondance à ces redoutables chasseurs du ciel. Qui plus est, l'oiseau n'était en rien effrayé à la vue de Mayaelle qui préféra garder ses distances afin de ne pas perturber le séjour du jeune chasseur à plumes.

«Tu ne sembles pas d'ici dit moi mon ami. Tout comme moi quand on y pense. Es tu celui censé m'accueillir ici?»

La Kaldorei n'attendait nulle réponse de la part du rapace, c'était plus une façon pour elle de patienter jusqu'à ce qu'un interlocuteur plus bavard ne fasse son apparition. Comme si l'idée de converser ne lui plaisait pas, l'aigle déploya ses ailes et, en un battement puissant, établit une importante distance depuis son ancien perchoir afin d'en gagner un nouveau, celui-ci plutôt mobile et surtout familier aux yeux de Mayaelle qui sourit immédiatement en reconnaissant la silhouette imposante d'Hägnar Marteau-fracassant.

« Ah, mais c'est qu'v'là dame Cherchebosquet ! J'vois qu'z'avez réussi à trouver l'garnisson, 'l'voyage ça a été. ? Désolé pour Bec-foudroyant, il est plutôt agité c'matin... Alors, qu'est ce qu'on peut faire pour vous ?»

«Si je ne devais vous dire qu'une chose pour résumer mon voyage maître Hägnar, c'est qu'il y a toujours trop de gobelins dans les navires à mon goût. De ce fait, ne vous excusez donc pas pour le comportement de votre jeune compagnon, sa présence m'est en tout point plus agréable que celle de ces autres rapaces verts bipèdes.»

Mayaelle marqua une légère pause, profitant qu'une brise siffle légèrement entre les troncs des arbres, balayant son visage au passage en plus du feuillage dense des êtres centenaires afin de trouver les mots ... puis reprit la conversation avec le vétéran nain.

«Comme vous le savez déjà Hägnar, ma venue ici n'est nullement anodine et fait suite à ma conversation avec Dame Aurys de Nor Laedro sur l'île d'Alcaz. Je souhaite offrir mes talents au service de l'Ost Pourpre.»
Avatar de l’utilisateur
Mayaelle
Écuyer
 
Messages: 194
Inscription: Mar 21 Juil, 2015 10:13 am

Re: Mayaelle Cherchebosquet

Messagepar Hägnar » Dim 26 Juil, 2015 2:55 pm

Tout en caressant l'aiglon ; qui s'était depuis longtemps habitué au contact métallique des gantelets ; le Nain écoutait patiemment la dame elfe. Il relâcha ensuite son animal et d'un signe signifiant « retourne à la volière », Bec-foudroyant s'envola. Hägnar le regarda s'éloigner quelques instants puis retourna à la discussion.

« R'joindre l'Ost Pourpre donc. Et bien ma foi, j'vais prendre l'début. S'vous voulez bien m'suivre. »

Il verifia tout de même dans sa besace s'il était en possession de son carnet et de son crayon de bois et ceci fait, il invita Mayaelle à le suivre dans le bâtiment.

« Par contre, si z'êtes armée, j'vous demanderai d'déposer vos armes sur l'ratelier. Mesure d'sécurité, 'comprenez... »


La vérification usuelle effectuée, il reprit la marche. Une fois arrivé dans la salle commune, il désigna une petite table et une fois assis, le Nain sorti de sa besace un petit livret accompagné dudit crayon et prit la parole d'un air sérieux.

« On va commencer, dame Mayaelle Cherchebosquet. Pourquoi l'Ost Pourpre ? J'sais qu'vous nous avez rencontrés en Âprefange, mais bien que j'doute pas des talents d'la Connétable pour l'recrutement, 'doit bien y avoir aut' chose qui vous pousse à vouloir nous r'joindre ? Et quels sont vos talents qu'pensez pouvoir nous apporter ? »

Les questions étaient très classiques, mais ce qu'il y avait d'intéressant, c'est que les réponses étaient toujours très différentes selon les gens. Hägnar s'arma de son crayon et s'apprêta à noter le récit de la candidate.
Hägnar Marteau-fracassant
"Nain et montagne ont ceci en commun qu'il faut un lourd marteau et une infinie patience pour en venir à bout"
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Hägnar
Écuyer
 
Messages: 451
Inscription: Mar 18 Nov, 2014 12:34 am

Re: Mayaelle Cherchebosquet

Messagepar Mayaelle » Jeu 30 Juil, 2015 11:59 am

« R'joindre l'Ost Pourpre donc. Et bien ma foi, j'vais prendre l'début. S'vous voulez bien m'suivre. »

Sans se faire attendre Mayaelle se mit à suivre le guerrier nain en jetant une dernière fois un coup d’œil dans la direction que l'aiglon avait choisi de prendre durant son envol.

« Par contre, si z'êtes armée, j'vous demanderai d'déposer vos armes sur l'ratelier. Mesure d'sécurité, 'comprenez...

- Mon arme est plus ornementale que réellement utilitaire, mais je comprends votre démarche. »

Elle s'exécuta aussitôt, déposa sa masse à la taille particulièrement imposante qui, au premier abord, semblait très peu adaptée à un style de combat druidique.

Peu de temps après la druidesse accepta l'invitation du nain à s'assoir à une table de taille plus que modeste surtout pour une Kaldorei. Cela ne la gênait en rien au final, elle trouvait le lieu plutôt agréable bien que très fermé sur l'extérieur contrairement aux architectures traditionnelles de son peuple. La pièce lui rappelait davantage les refuges des saisons régulièrement occupés par les druides, si ce n'est que l'ensemble du bâtiment témoignait du travail important que de nombreux artisans et ouvriers avaient dû fournir pour obtenir ce résultat.

« On va commencer, dame Mayaelle Cherchebosquet. Pourquoi l'Ost Pourpre ? J'sais qu'vous nous avez rencontrés en Âprefange, mais bien que j'doute pas des talents d'la Connétable pour l'recrutement, 'doit bien y avoir aut' chose qui vous pousse à vouloir nous r'joindre ? Et quels sont vos talents qu'pensez pouvoir nous apporter ?

- Et bien maître Hägnar, je vais tâcher de répéter le plus fidèlement possible ce que j'ai déjà dit à Dame Aurys tout en étoffant mes propos.
J'étais jusqu'à récemment druidesse pour le cercle cénarien. Parmi les nombreuses missions qui m'ont été confiées, celle dans laquelle je me suis la plus investie concernait la restauration de la flore des Maleterres de l'Ouest suite aux ravages que le fléau mort-vivant a commis sur ces terres. Durant cette période j'ai vu nombre de civils et soldats de l'alliance en difficulté, blessés, morts... Mes talents de guérisseuse ont alors été davantage mis à contribution pour les soigner que pour préserver l'environnement.
C'est à ce moment que j'ai entendu parler pour la première fois de l'Ost Pourpre. Les soldats en convalescence abordaient régulièrement le sujet d'un ordre redoutable sur le champ de bataille, sans toutefois provoquer les débordements que la Croisade Ecarlate a pu commettre.
Durant ma mission, je ... cette région semblait réclamer de l'aide, la nature souffrait tellement. La population était désespérée et se montrait reconnaissante envers nous et nos actions. Cependant, je fus rappelée par le cercle pour d'autres missions qu'il estimait plus importantes. Je n'ai jamais approuvé cette décision.
Quelques années ont passé mais je m'en suis toujours voulue de ne pas avoir achevé ce que pour quoi j'étais venue aux Maleterres et je compte bien y remédier. Comme vous pouvez vous en douter, une soigneuse seule n'est guère efficace face à une telle charge, le cercle n'approuvant pas mon entêtement, j'ai choisis de le quitter. Peu de temps après cela, je vous ai croisé en Kalimdor... Si même le hasard m'offre l'opportunité de trouver des compagnons dévoués à une cause similaire alors je me refuse une nouvelle fois de laisser passer une telle chance.»


Mayaelle prit un temps de repos afin de laisser à Hägnar le temps de noter tout ce dont il jugeait nécessaire de retenir. Elle en profita pour écouter les bruits du bâtiments, sentir les odeurs puis reprit:

« En ce qui concerne mes talents, je perfectionne depuis toujours mes aptitudes curatives, que ce soit pour la flore, la faune et les humanoïdes. Ce sont eux qui m'ont permis de me faire remarquer rapidement auprès du cercle cénarien tandis que mes semblables me destinaient à devenir prêtresse d'Elune. La magie des arcanes ne m'est pas inconnue non plus et j'ai appris à me défendre avec.
Je possède de grandes connaissances dans l'art de l'enchantement et m'intéresse depuis quelques temps à l'alchimie. Je me passionne également pour l'histoire de ce monde et de ses peuples à travers mes nombreux voyages au sein du cercle cénarien, mais aussi à l'archéologie ou simplement la lecture des récits que je trouve ou que l'on accepte de me laisser lire.»



[HRP] Navré de ma réponse tardive, mon pc étant plus qu'en fin de vie, je dois faire avec ses caprices jusqu'à ce que les pièces de ma nouvelle tour arrivent courant semaine prochaine [/HRP]
Avatar de l’utilisateur
Mayaelle
Écuyer
 
Messages: 194
Inscription: Mar 21 Juil, 2015 10:13 am

Re: Mayaelle Cherchebosquet

Messagepar Hägnar » Sam 01 Aoû, 2015 12:36 pm

Pour les entretiens, Hägnar prenait les notes en commun afin de pouvoir les transmettre à un supérieur. Le fait que ce soit une prise de note combiné à celui que ce ne soit pas sa langue maternelle rendait le résultat final très brouillon.

L'Elfe était donc une druidesse guérisseuse et amie de la nature. Le Nain savait que le fait que la candidate avait travaillé à la restauration de la flore des terres du Nord pourrait grandement intéressé la Légat et ses hordes de plantes. Et si elle était instruite sur l'Histoire, cela pourrait donner lieu à de longues discussions avec Hägnar et d'autres membres de la Garnison.

Il posa son carnet pour se gratter la barbe et sa main tomba instinctivement sur son outre de bière. Il n'en fallait pas plus pour rappeler le Nain aux lois de hospitalité, d'autant que de sa propre expérience, les entretiens, ça déshydrate !

« 'voulez un truc à boire avant d'continuer ? Et 'vous privez pas par politesse, j'l'ai d'jà fait, et au bout d'un moment ça donne grande soif d'parler ! »


Il se laissa aller à un rire sympathique sans pour autant s'esclaffer. Il s'agissait tout de même d'un entretien officiel, mais ce n'est pas pour ça qu'on ne pouvait se montrer agréable.

Une fois cette précaution observée, il reprit son carnet et son air sérieux avant de poursuivre.

« Donc z'étiez dans l'Nord pour remettre d'la forêt partout, et z'avez fini en guérisseuse pour les blessés. Très noble tâche dans les deux cas. Quand vous dîtes qu'le Cercle Cénarien vous a rappelé pour « d'autres missions estimées plus importantes », c't à dire ? »


Hägnar connaissait le Cercle Cénarien bien entendu, il en avait rencontré des représentants à Orneval après le Cataclysme et dans d'autres régions du monde, mais il n'était pas au fait de toutes les missions de cet ordre. Puis il serait intéressant de voir les priorités de la dame Cherchebosquet.

« Et vous m'dîtes que vous vous êtes entêtée pour cette mission. Alors imaginons qu'vous rentrez dans l'Ost Pourpre et qu'on vous confie des missions sans rapport avec l'nature du Nord, 'feriez pareil chez nous ? »


Il était assez hypocrite pour le Nain de poser cette question, ayant lui même prit ce genre de décision, mais elle était nécessaire. Surtout que vu les talents de la druidesse, elle serait sûrement affectée auprès de la Légat et de ses expériences sur les croisements de végétations draeniques et azerothiennes mais ça, ce serait une autre histoire. Voir Hägnar pointer du doigt de l'entêtement pouvait également faire sourire : coté borné, on pouvait difficilement faire mieux qu'un Nain.
Hägnar Marteau-fracassant
"Nain et montagne ont ceci en commun qu'il faut un lourd marteau et une infinie patience pour en venir à bout"
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Hägnar
Écuyer
 
Messages: 451
Inscription: Mar 18 Nov, 2014 12:34 am

Re: Mayaelle Cherchebosquet

Messagepar Mayaelle » Dim 02 Aoû, 2015 11:52 pm

Tandis que le vétéran nain rapportait de nombreuses annotations sur son carnet au fur et à mesure que Mayaelle lui résumait ses motivations, il lui proposa à boire sur un ton particulièrement convivial, convivialité fréquente chez le peuple nain radicalement opposée aux moeurs kaldorei où il est commun d'afficher une certaine distance avec ses interlocuteurs surtout si ces derniers sont issus d'une autre race.

Il aurait été poli de refuser l'offre de prime abord. Cependant la tournure de l'entretien laissait supposer que celui-ci ne se finirait pas dans la minute, ce qui ne dérangeait en rien la druidesse. Qui plus est, son long voyage l'avait particulièrement éreintée. Un rafraichissement ne serait pas de trop pour accompagner la suite de la conversation.

«Et bien maitre Hägnar, le voyage fut long afin d'arriver jusqu'ici et j'accepterai volontiers un peu d'eau.»

Suite à cette proposition, le guerrier continua de détendre l'atmosphère d'un rire qui semblait plus naturel que forcé, ce qui est là encore, plutôt rare chez les elfes de la nuit. Ces derniers temps passés dans une solitude bien connue des druides à arpenter le monde sans communiquer avec personne d'autre que l'essence même d'Azeroth, sans oublier leur méfiance naturelle, n'aidaient pas spécialement la jeune Kaldorei à créer des contacts amicaux rapidement. Toutefois face à tant de spontanéité, elle ne pouvait que faire l'effort de se monter au moins aussi conviviale.

Hägnar enchaîna alors sur une nouvelle question:

« Donc z'étiez dans l'Nord pour remettre d'la forêt partout, et z'avez fini en guérisseuse pour les blessés. Très noble tâche dans les deux cas. Quand vous dîtes qu'le Cercle Cénarien vous a rappelé pour « d'autres missions estimées plus importantes », c't à dire ? »

Bien que la plupart des actions du cercle ne soient en rien tenues secrètes envers l'Alliance, ni même la Horde, répondre à cette question pointilleuse mais logique imposait à Mayaelle d'aborder son passé. D'abord hésitante, elle prit quelques instants pour trouver ses mots et commença :

« Si vous souhaitez en savoir plus sur ce sujet Hägnar, je vais devoir vous raconter un peu de mon histoire et bien qu'étant jeune pour une représentante de mon peuple, les dernières décennies ont été riches en évènements.
Je ne sais pas pour vous mais j'étais présente lorsque la Légion Ardente a tenté pour la seconde fois d'envahir Azeroth. J'ai vu le géant Man'ari Archimonde et ses hordes de démons se ruer vers Nordrassil à Hyjal. A l'époque je n'étais pas druidesse, aucune femme Kaldorei ne l'était d'ailleurs, seuls les hommes y étaient autorisés. Je n'étais qu'une jeune prêtresse terrorisée tentant pour le mieux de venir en aide aux blessés mais les démons ne font pas beaucoup de blessés... »


Tandis qu'elle finissait sa phrase, son regard se perdit sur un mur de la pièce un court laps de temps, les images de cette période défilèrent. Se forçant à maintenir son attention à son interlocuteur, elle reprit:

« La conclusion de cette guerre a provoqué d'énormes changements dans le monde entier mais aussi dans notre culture, la perte de l'immortalité étant probablement à mes yeux la moins pénible des étapes. Cette période a toutefois ouvert l'étude des arts druidiques à celles ne se sentant l'âme ni d'une prêtresse ni d'une sentinelle. Mes premiers enseignements consistaient à purger les régions faiblement touchées par la corruption démoniaque. Cela tombait "bien", Sombrerivage ma terre natale était toute trouvée pour y faire mes preuves. Mes capacités curatives furent très vite repérées et mises à profit dans d'autres régions voisines comme Orneval et en particulier Gangrebois, bien plus durement touchée. Ce fut ma première véritable mission pour le cercle. J'ai pu étudier plus en profondeur les origines de ce mal propagé dans cette région par un démon seigneur de l'effroi nommé Tichondrius que l'un des nôtr... qu'un Kaldorei a réussi à vaincre non sans sacrifices. »

Mayaelle se sentait mal à l'aise en racontant cette partie de sa formation, les difficultés y avaient été nombreuses et la réussite trop rarement présente. Elle s'était confrontée aux satyres qui infestaient la région souillée, jadis anciens elfes de la nuit. Le simple fait d'aborder le cas d'Illidan lui ôta les mots de la bouche. Elle continua en abordant le sujet même de la question du vétéran nain:

« Après avoir beaucoup appris notamment auprès de mon Shan'do en Kalimdor, je fus envoyée très loin à l'est, par-delà la grande mer avec quelques membres du cercle afin d'aider le peuple humain qui luttait depuis des mois à la récupération de leurs anciennes terres au nord du continent. Je découvris non sans une grande peine les Maleterres. Là bas aussi, le travail à accomplir était énorme. Toutefois l'origine du fléau mort vivant qui régnait sur place étant également de nature démoniaque, mes soins apportés à la région et aux populations qui luttaient se sont montrés très utiles. Il n'était pas possible de se réjouir pour autant car les armées de morts-vivants maintenaient une présence tenace sans oublier celle de la reine Banshee et de ses réprouvés.

L'évolution de la situation tournait légèrement en notre faveur quand un évènement inattendu commença à agiter la plupart des soldats en place. Les officiers en présence racontaient qu'un portail situé au sud du continent était de nouveau en activité. Je pensais que l'histoire n'irait pas plus loin me concernant jusqu'à ce qu'un émissaire du cercle nous expliqua que notre présence était requise pour participer à une expédition par delà le portail, sur des terres ravagées, où la nature même du monde est modifiée.
Au départ je refusais catégoriquement de laisser notre mission en cours et d'abandonner des populations loin d'être sauvées. En revanche ce serait nier la vérité si je ne disais pas avoir accepté par la suite pour des raisons personnelles en me promettant toutefois de revenir ici une fois ma mission en Outreterre accomplie. »


Des raisons personnelles que la druidesse ne souhaitait pas aborder. De plus, les attentes de Mayaelle durant son séjour en Outreterre n'avaient pas été comblées, c'était même tout le contraire. Elle en revint l'âme brisée. Il fallait cependant expliquer les objectifs de sa mission. Elle reprit sur un ton beaucoup plus solennel:

« Après avoir traversé, non sans mal, la région ravagée servant de bastion à des armées d'orcs corrompus, nous arrivâmes dans le marécage de Zangar où l'essentiel de notre travail devait y être accompli. Là encore, j'ai beaucoup appris auprès des formes de vie locales et de dame Ysiel Chantelevent, la dirigeante de l'expédition. Notre lutte contre les nagas en présence fut couronnée de succès. Pour ce qui est de la région en elle même, le problème était plus profond, c'était la nature même de la terre qui était bouleversée. Seuls des chamans compétents pouvaient trouver des solutions.
Par la suite dame Chantelevent divisa la majorité de nos forces en deux, l'un des groupes se dirigea vers la forêt de Terrokar et le second vers les Tranchantes, mon groupe. Bien que les dangers y étaient également très présents, nos interventions se sont déroulées sans trop de problèmes. Par la suite j'ai demandé à être envoyée en Ombrelune, mes connaissances en termes de démons se seraient avérées bien plus utiles sur place mais ma demande fut refusée. Les mois passèrent et j'appris un jour que le mal de ce monde avait été vaincu ... »


La phrase s'accompagna d'un long soupir qui aurait presque pu faire voler son dernier mot. Elle se rendit compte par la même occasion que son récit commençait à être long, pourtant il restait des choses à dire si elle souhaitait que sa réponse soit la plus complète possible. Après avoir marqué une légère pause, elle reprit sur un ton moins monocorde:

« Notre groupe resta quelques temps encore en Outreterre puis nous revînmes en Azeroth. Les nôtres étaient alors appelés partout à travers le monde. L'Alliance m'hébergea quelques jours à Hurlevent tandis que je préparais mon voyage de retour vers Kalimdor.
C'est alors que le Fléau lança une série d'attaques sur le port de la capitale, la terreur s'installa rapidement dans les rues de la ville. Je fis mon possible afin de me rendre utile et ce jour-là je rencontrais pour la première fois un puissant membre de notre ordre: l'archidruide Broll Mantelours. Il m'expliqua rapidement la situation concernant le Norfendre ainsi que la menace que représentait à nouveau le fléau. Moins de deux semaines plus tard, je me retrouvais sur les terres gelées de la Désolation de Dragons. Sur place je travaillais de concert avec les dragons du vol émeraude et rouge pendant plusieurs semaines. Je fus rappelé par la suite à Darnassus où l'ensemble des druides formant le cercle s'étaient réunis pour purger un mal affectant de nombreuses personnes dans tout Azeroth.
Moi qui n'était jusqu'à alors jamais parvenue à intégrer le rêve d'émeraude, je fis la connaissance du cauchemar...

Cette époque est encore confuse dans mon esprit maitre Hägnar, je ne saurai vous dire exactement comment j'en suis sortie. Surtout que peu de temps après mon réveil, j'apprenais que ma ville natale Auberdine, n'était plus. Je priais alors Elune pour être encore prisonnière du cauchemar mais ce n'était pas le cas. Je n'avais cependant pas le temps de pleurer les miens, les druides ont été appelés partout en Azeroth. Qui plus est, beaucoup des nôtres avaient trahis le cercle dont l'archidruide Fandral.

Après le cataclysme, une fois le deuil de la perte de ma cité effectué, je me suis éloignée du cercle afin d'entamer une série de voyages en Kalimdor. Il ne m'était en effet pas possible de retourner dans les Maleterres, seule je ne pouvais pas accomplir quelque chose ayant un réel impact. Je me suis donc mise à effectuer des recherches sur le passé de mon peuple mais également celui des autres. Mes anciennes amitiés avec des druides, Taurens pour la majorité, m'ont été très utiles. Ces derniers m'ont alors surnommés "La Chercheuse".

Récemment quand la porte des ténèbres s'est à nouveau ouverte, le désir de découvrir la terre d'origine que j'avais si longuement étudiée et soignée quelques années auparavant m'a poussée à passer le portail démoniaque. Après des épreuves particulièrement difficiles face à la horde de fer, j'ai mis à contribution mes connaissances de la flore en aidant des mages du Kirin Tor désireux d'ouvrir des portails vers Azeroth depuis les épaisses forêts de Gorgrond. Ces derniers souhaitaient établir des lignes de ravitaillement. Je me suis finalement retrouvée juste à côté d'Hurlevent contre mon gré, le portail se refermant derrière moi et quelques autres mages.

Depuis cet événement, j'ai continué mes recherches en Kalimdor jusqu'à ce jour où je vis l'un des vôtres courir en pleine nuit sur une terre particulièrement hostile de la côte est de Kalimdor. Vous connaissez la suite. »


Fini t'elle en esquissant un sourire, comme soulagée de ce récit de vie. Chose qu'elle n'avait fait qu'une fois auparavant. La solitude des derniers mois lui pesait et le malheureux guerrier devint par la force des choses victime de son silence trop longtemps conservé. Elle sentait toutefois qu'elle avait trop parlé.

« Ah.. Pardonnez moi de retenir votre attention à nouveau, je serai brève cette fois, mais vous me demandiez qu'elle serait ma réaction si je ne faisais pas ici ce que j'espère accomplir... Je vous répondrais que seule, je ne serai pas plus utile à qui que ce soit. Alors si cueillir des feuillargent s'avère nécessaire pour aider votre ordre, ça sera fait avec toute mon attention. Je ne saurai vous déconseiller de m'imposer la cuisine toutefois, le sang des démons serait probablement plus bénéfique pour vous. »

C'est sur cette pointe d'humour, avec hélas un grand fond de vérité, que la druidesse termina son récit. Un long moment s'était écoulé depuis qu'elle avait débuté sa narration. Aussi fut elle surprise du silence qui régnait dans les lieux, comme si peu de personnes étaient présentes actuellement. Tandis qu'elle observait Hägnar griffonner son carnet, elle osa demander:

« Rassurez moi Hägnar, vous avez eu le temps de noter ce qu'il vous faut? Dans le cas contraire, je vous redemanderai bien un peu d'eau avant de reprendre ... » Dit elle en esquissant un sourire large.

Elle baissa la tête laissant tomber ses longs cheveux opalins en repensant à tout ce qu'elle venait de raconter. Elle avait décidément bien trop parlé à son goût.
Avatar de l’utilisateur
Mayaelle
Écuyer
 
Messages: 194
Inscription: Mar 21 Juil, 2015 10:13 am

Re: Mayaelle Cherchebosquet

Messagepar Hägnar » Mar 04 Aoû, 2015 3:16 pm

« Rassurez moi Hägnar, vous avez eu le temps de noter ce qu'il vous faut? »

L'intéressé releva la tête de ses écrits vaguement ordonnés et sourit sincèrement. L'Elfe était visiblement embarrassée d'avoir tant parlé. Il connaissait ça, son propre entretien s'était déroulé de la même maniére (bien que les gens étaient tout même sensiblement avertis du fait que les Nains parlaient beaucoup lorsqu'ils avaient à raconter).

« Z'inquiétez pas, l'amie. Moi aussi j'sais c'que ça fait d'tailler la parlote trop longtemps, mais faut c'qu'il faut !  On résume pas des siècles d'vie en cinq mots. Enfin, j'espére, sinon c'veut dire que c'te vie est bien fade.»


Hägnar regarda les notes et constata qu'à plusieurs points de leur vie, son interlocutrice et lui s'était peut être croisé. Elle était à la bataille du mont Hyjal, dans la Vallée d'Ombrelune de l'Outreterre, en Draenor ; bien qu'Hägnar était arrivé à la Flore Éternelle après les fiascos des portails. Peut être l'avait-il déjà croisé, mais le Nain avait un grand mal à différencier les races « exotiques » de l'Alliance. Impossible de reconnaître deux Draeneis se ressemblant, idem pour des Elfes. Mais il en discuterait avec elle plus tard.

Maintenant qu'il avait eu des réponses satisfaisantes, il était temps de chercher un chevalier ou un officer. En plus, il devait ramener de l'eau, autant faire d'une pierre deux coups.

« Bien, Dame Mayaelle Cherchebosquet. J'vais aller chercher d'quoi vous désaltérer, et au passage j'vais voir si 'y a pas un gradé dans l'coin. 'n effet, étant qu'Page, j'ai pas l'pouvoir de donner suite à vot' candidature, mais z'inquiétez pas, ça d'vrait l'faire. J'vais donc choper tout ça ! »


Le Nain se leva de sa chaise en emportant son carnet et se mit en marche en direction des cuisines en sifflant un air de musique naine de taverne dans la bonne humeur. Et avec un peu de chance, il croiserait quelqu'un directement au hasard d'un couloir, qui sait ?
Hägnar Marteau-fracassant
"Nain et montagne ont ceci en commun qu'il faut un lourd marteau et une infinie patience pour en venir à bout"
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Hägnar
Écuyer
 
Messages: 451
Inscription: Mar 18 Nov, 2014 12:34 am

Re: Mayaelle Cherchebosquet

Messagepar Elisabelle » Mar 04 Aoû, 2015 9:40 pm

Le trajet avait été long. Trois semaines. Trois semaines!! Entre les attaques harcelantes des Réprouvés, le mauvais temps persistant malgré l'été installé, l'animosité des habitants envers une draenei, le Chevalier n'avait pas fait un voyage des plus agréables. Couverte de poussière, affamée, fatiguée, elle avait rejoint un bastion calme et accueillant.

Oh bien sûr, elle aimait par dessus tout être au front. Mais l'éloignement d'avec ses compagnons et l'échec de ses tentatives de capture l'avaient frustrée au point de la pousser à rentrer plus tôt que son tour le prévoyait. Elle rapportait des nouvelles et la certitude d'avoir préparé la Crypte pour la Chasse, dès que les SoS seraient prêts à se joindre au combat.

C'est donc la tête pleine de ces certitudes, associées aux idées tordues que la fatigue peut faire naître dans l'esprit pluri-millénaire d'une draenei, qu'Elisabelle sortit des cuisines. Une main encombrée d'un morceau de jambon sec, l'autre tenant fermement une tasse de thé fumant, elle était perdue dans ses pensées. On lui avait annoncé que la Connétable ne serait pas disponible avant le lendemain midi, aussi allait elle devoir attendre pour faire son rapport. Et ça ne l'enchantait pas beaucoup.

Elle en était là de ses réflexions quand elle butta contre quelque chose. Elle trébucha, renversa quelques gouttes de son thé et faillit lâcher son morceau de jambon avant de jurer dans sa langue natale contre les Pages imbéciles qui laissaient traîner des objets sur le sol. En baissant les yeux pour voir ce qui avait eu l'audace de tomber sous ses sabots, elle resta un instant interdite, avant de céder à la surprise puis de se reprendre en fronçant les sourcils.

Hagnar. Puis je savoir ce qui vous prend de vous mettre dans mes jambes comme ça? Vous ne savez pas regarder devant vous? Ou bien suis je encore trop petite pour vous?

Elle remarqua alors que le nain, ayant pourtant un centre de gravité suffisamment bas pour lui assurer un équilibre remarquable, était assis, les jambes ballantes, sur les dalles froides du couloir.

Eh bien, en voilà une posture! Comme si c'était le moment de vous reposer! Relevez vous. Et dites moi ce que vous faites dans ce couloir.

Pour faire bonne mesure, elle fit passer le jambon dans sa seconde main, essuya rapidement la première sur le pourpoint de cuir qui servait habituellement à rembourrer son armure qu'elle avait ôtée en arrivant, et la tendit au nain.
Fermez les yeux, voyez la Lumière.

Elisabelle de Lénault
Avatar de l’utilisateur
Elisabelle
Chevalier
 
Messages: 1756
Inscription: Sam 10 Nov, 2012 10:00 pm
Localisation: Aux créneaux

Re: Mayaelle Cherchebosquet

Messagepar Hägnar » Ven 07 Aoû, 2015 4:03 pm

Le Nain préféra relire ses notes, dans le cas où il aurait omis quelque chose, lorsqu'au détour d'un couloir il se fit percuter par quelqu'un. Habituellement il n'aurait pas bougé, la masse du Nain étant suffisante pour lui assurer une bonne prise au sol, mais cette fois ci, manque de chance, il marcha sur quelque chose de rigide et glissa lamentablement pour finir sa course le postérieur à terre.

En relevant la tête, il constata que la personne qui l'avait heurter n'était d'autre que le Chevalier Elisabelle et l'objet rigide sur lequel il avait trébuché le sabot de la Draenei. Et pour ne pas ajouter à sa malchance, elle semblait de mauvaise humeur.

Hagnar. Puis je savoir ce qui vous prend de vous mettre dans mes jambes comme ça? Vous ne savez pas regarder devant vous? Ou bien suis je encore trop petite pour vous?

L'intéressé se garda de faire une quelconque remarque et attrapa aimablement la main tendue du Chevalier en la remerciant.

"D'solé Chevalier, j'tait absorbé dans mes notes d'une candidature... d'ailleurs, z'auriez un peu d'temps pour prendre l'relais ? C'est une Kaldorei qu'on a rencontré durant l'camps d'entrainement. J'ai les premières questions dans m'carnet que v'la... "


Il voulu lui tendre son carnet avant de se rendre compte que dans sa chute, il avait voltigé quelques mètres plus loin. Après l'avoir ramassé, il l'ouvrit au bon endroit et le posa face contre page sur le jambon.

"V'la ! Elle est dans l'salle commune, j'vous r'joint, j'vais juste lui chercher un peu de flotte."


Hägnar fit demi-tour sans demander son reste et reprit sa marche pour la cuisine. Il rejoindrait Mayaelle et Elisabelle juste après.
Hägnar Marteau-fracassant
"Nain et montagne ont ceci en commun qu'il faut un lourd marteau et une infinie patience pour en venir à bout"
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Hägnar
Écuyer
 
Messages: 451
Inscription: Mar 18 Nov, 2014 12:34 am

Re: Mayaelle Cherchebosquet

Messagepar Elisabelle » Ven 07 Aoû, 2015 6:55 pm

Le nain n'avait pas changé depuis qu'elle avait quitté le Bastion. Certes, elle n'était partie que trois mois et demi. Mais savait on jamais? En quelques jours, elle même était passée d'une draenei posée et sûre d'elle, à une loque déprimée et ... elle repoussa ce souvenir désagréable d'un froncement de sourcil. Hagnar sembla le considérer comme une geste d'humeur envers lui, et se hâta de ramasser son carnet. Elle se retint bien de le persuader qu'elle n'avait rien contre lui: un peu de pression était souvent profitable aux Pages. Et sinon? Bah, tant pis. C'était un Page.

Elle prit le carnet sans un mot, déchiffra tant bien que mal l'écriture du nain, qui n'avait rien à envier à sa propre calligraphie et hocha la tête.

Une candidature? Eh bien, puisque la Connétable n'est pas disponible, autant que je m'occupe à quelque chose d'utile. Voyons... Une elfe? Ca va faire plaisir à Pansepignon. Pansepignon est toujours là, non? Oui, oui, je crois l'avoir aperçue entrer dans la Tour. Bref!

Elle referma d'un coup sec le carnet, un peu plus gras que les secondes précédente. D'un pas décidé, elle se dirigea vers la salle commune, mais au bout de quelques pas, elle se retourna et ajouta d'un air désinvolte:

Oh, Hagnar, si vous pouviez aussi amener un peu de thé. J'ai renversé le mien. Et à manger aussi, j'ai peur que le jambon ne suffise pas... Ah, et vous pouvez vous prendre quelque chose. N'hésitez pas.

Sur ces mots, elle se détourna et s'engouffra dans la salle, repérant rapidement l'elfe. Elle l'étudia de loin en déposant sa tasse à moitié vide sur une table puis s'approcha. Sans un mot, elle s'installa face à la candidate et la fixa un court instant. Enfin, elle se permit un sourire et hocha aimablement la tête.

Bonjour. Je suis Elisabelle de Lénault, Chevalier de l'ordre. J'ai ... croisé Hagnar dans un couloir et il m'a parlé un peu de vous. Enfin, parler est un bien grand mot. Disons que j'ai lu ses notes. Alors, comme ça vous voulez mettre vos talents de botaniste et de hem... enfin ce que vous savez faire, à notre service.

Elle se tut un instant avant de reprendre d'une voix douce.

Quel âge avez vous? Vous avez déjà combattu? Vous êtes prête à mourir pour vos idéaux?

Après une courte pause, elle chuchota presque, le regard intensément fixé sur l'elfe.

Si je vous disais que votre trépas assurerai la réussite totale de votre plus grand idéal, seriez vous prête à vous ôter vous même la vie?
Fermez les yeux, voyez la Lumière.

Elisabelle de Lénault
Avatar de l’utilisateur
Elisabelle
Chevalier
 
Messages: 1756
Inscription: Sam 10 Nov, 2012 10:00 pm
Localisation: Aux créneaux

Re: Mayaelle Cherchebosquet

Messagepar Mayaelle » Dim 09 Aoû, 2015 4:25 pm

Cela faisait un moment déjà qu'Hägnar avait quitté la pièce et depuis, Mayaelle n'avait entendu qu'un seul bruit sourd dans une pièce voisine comme si quelqu'un avait percuté une porte.

Le long silence fut de nouveau interrompu mais cette fois par une succession de ce qui semblait être ... une marche de cheval sur la pierre ou tout du moins d'une créature à sabots, bipède tout de fois d'après le rythme. La druidesse se douta rapidement du type de créature qui approchait.

Avec une grâce et une rapidité étonnante, une Draenei prit place en face de la Kaldorei sans dire un mot. Elle était particulièrement imposante même pour une représentante de sa race, dominant l'elfe d'une tête pratiquement. Mayaelle n'en avait côtoyé que très peu au cours de sa vie. Bien que leur capitale soit proche de Darnassus, ses voyages répétés ne lui donnèrent que peu d'occasions de les fréquenter. Seule sa dernière expédition en Draenor lui offrit quelques opportunités de communiquer avec eux.
Elle admirait cette espèce multi-millénaire pour leur affinité à la magie et la grande ferveur avec laquelle ils s'adonnaient à une tâche.

Tout en prenant place à la table, la Draenei posa son regard sur Mayaelle puis la salua d'un signe de tête accompagné d'un sourire qu'elle lui rendit sans attendre.

Bonjour. Je suis Elisabelle de Lénault, Chevalier de l'ordre. J'ai ... croisé Hagnar dans un couloir et il m'a parlé un peu de vous. Enfin, parler est un bien grand mot. Disons que j'ai lu ses notes. Alors, comme ça vous voulez mettre vos talents de botaniste et de hem... enfin ce que vous savez faire, à notre service.

L'origine du bruit préalablement entendu venait donc probablement de leur rencontre, telle était la supposition de la druidesse. Elle ne parvenait toutefois pas à interpréter la façon dont la Draenei abordait le sujet de ses connaissances en matière de flore ou toute autre connaissance. Jugeait elle ses capacités inutiles ou ne cernait elle pas exactement l'étendue de son savoir-faire.
S'apprêtant à donner une réponse, l'ancienne Eredar reprit la conversation sur un ton bien plus léger avant qu'un mot ne lui sorte de la bouche.

Quel âge avez vous? Vous avez déjà combattu? Vous êtes prête à mourir pour vos idéaux?

Je m'appelle Mayaelle Cherchebosquet et je suis entrée dans ma deux cent vingt septième année. J'ai combattu à chaque fois que la situation le nécessitait, à de multiples reprises malheureusement et pas uniquement en tant que guérisseuse si c'est là le véritable sens de votre question dame Elisabelle. Pour ce qui est de me préparer à mourir pour mes idéaux, j'ai déjà pu expérimenter ce sentiment par le passé, cela répond à votre question je pense.

Elle termina sa phrase, le visage privé d'émotion comme savent si bien le faire les membres de son peuple. Elle ne put s'empêcher d'être intriguée par le comportement de la Draenei qui la fixait désormais de son regard cristallin. Le silence fut interrompu par une question très personnelle:

Si je vous disais que votre trépas assurerai la réussite totale de votre plus grand idéal, seriez vous prête à vous ôter vous même la vie?

Une telle question laissait entendre à Mayaelle que son interlocutrice était probablement une combattante de la lumière. Une telle dévotion n'était pas étonnante venant des descendants d'Argus. Le sens du sacrifice faisait partie intégrante de l'enseignement des paladins.

J'ai consacré ma vie à préserver celle des autres ainsi que l'essence d'Azeroth et de mondes qui ne sont pas les miens, le sacrifice est en quelque sorte déjà fait, seul le but n'est pas atteint. Les miens m'ont toujours appris à survivre pour mieux aider les autres par la suite. C'est ce que je fais depuis toujours et je pense que c'est mieux ainsi.
Avatar de l’utilisateur
Mayaelle
Écuyer
 
Messages: 194
Inscription: Mar 21 Juil, 2015 10:13 am

Re: Mayaelle Cherchebosquet

Messagepar Elisabelle » Dim 09 Aoû, 2015 8:16 pm

Sa dernière question avait été suivie d'un silence quelque peu surpris. Elisabelle s'y attendait, et espérait que la candidate saurait reconnaître une question piège, où aucune réponse précise n'était attendue. Elle employait là une technique qu'elle n'avait pas mise à profit depuis qu'elle avait quitté les siens, plusieurs années auparavant: mettre une personne au pied du mur, le convaincre que la réponse est cruciale, pour obtenir non la réponse attendue, mais la vérité du candidat.

Et cette technique fonctionnait. La tension qu'elle avait maintenue élevée par son attitude et son ton diminua graduellement alors que la paladine se reculait contre le dossier de sa chaise puis laissait son sourire s'agrandir lentement.

Belle répartie. Personnellement, je déteste les personnes qui se croient suffisamment importantes pour être totalement indispensable à une cause. D'après ce que vous me dites, vous soignez. Vous êtes druidesse, si ce que j'ai déchiffré des notes de Hagnar est correct. Pour ne rien vous cacher, nous n'avons pas beaucoup de druides dans nos rangs. A part Ch... Vlazen, notre compte d'Elfes de la Nuit est d'ailleurs particulièrement limité. Comme celui des Draenei, ceci dit.

Elle croisa les bras et pencha légèrement la tête d'un côté, fixant toujours la candidate.

Vous devez vous en douter, j'ai quitté mon propre peuple. Je sais donc le sacrifice qu'il faut consentir pour rejoindre l'Ost Pourpre et se battre à ses côtés. Ma propre histoire m'a, disons, poussé à faire ce pas. Mais vous?
Vous dites avoir 227 ans. C'est jeune, pour les vôtres, il me semble. Avez vous une famille? Avez vous, ou avez vous eu un compagnon, des enfants? Quand on s'engage dans la quête que vous êtes venue rejoindre, on ne le fait pas à moitié. Notre vie, dans toutes ses dimensions, est donnée à la cause. Et à ses frères et soeurs d'arme.


Toujours appuyée contre le dossier de sa chaise, les bras croisés, Elisabelle ne prit même pas la peine de poser franchement la question. Elle tombait sous le sens. L'Elfe serait elle vraiment prête à donner à des humains au moins autant d'années que celles qu'elle avait déjà vécues?
Fermez les yeux, voyez la Lumière.

Elisabelle de Lénault
Avatar de l’utilisateur
Elisabelle
Chevalier
 
Messages: 1756
Inscription: Sam 10 Nov, 2012 10:00 pm
Localisation: Aux créneaux

Re: Mayaelle Cherchebosquet

Messagepar Mayaelle » Lun 10 Aoû, 2015 12:48 am

Belle répartie. Personnellement, je déteste les personnes qui se croient suffisamment importantes pour être totalement indispensable à une cause. D'après ce que vous me dites, vous soignez. Vous êtes druidesse, si ce que j'ai déchiffré des notes de Hagnar est correct. Pour ne rien vous cacher, nous n'avons pas beaucoup de druides dans nos rangs. A part Ch... Vlazen, notre compte d'Elfes de la Nuit est d'ailleurs particulièrement limité. Comme celui des Draenei, ceci dit.

Ces dernières phrases accompagnées d'un mouvement de recul de la paladine sur son dossier apaisèrent radicalement la tension qui s'était installée depuis plusieurs minutes.

Les Elfes de la nuit tout comme les Draenei se faisaient donc rares dans les rangs de l'Ost Pourpre. Cela n'avait rien d'étonnant. L'une des races avait pour habitude de maintenir une distance avec les autres peuples de l'Alliance, communiquant majoritairement qu'au travers de missives d'ambassadeurs. L'autre était bien trop préoccupée à assurer sa propre survie dans un monde qu'ils ne connaissaient que depuis peu.
La faible population de druides était probablement le cas le moins surprenant. Ils formaient pratiquement à eux seuls une race à part entière, vivant essentiellement en solitaire, ils ne se réussissaient qu'en de très rares occasions quand la situation l'exigeait. Que certains de ces individus intègrent les rangs d'un ordre différent du cercle cénarien était une situation inaccoutumée.

La paladine reprit:

Vous devez vous en douter, j'ai quitté mon propre peuple. Je sais donc le sacrifice qu'il faut consentir pour rejoindre l'Ost Pourpre et se battre à ses côtés. Ma propre histoire m'a, disons, poussé à faire ce pas. Mais vous?
Vous dites avoir 227 ans. C'est jeune, pour les vôtres, il me semble. Avez vous une famille? Avez vous, ou avez vous eu un compagnon, des enfants? Quand on s'engage dans la quête que vous êtes venue rejoindre, on ne le fait pas à moitié. Notre vie, dans toutes ses dimensions, est donnée à la cause. Et à ses frères et soeurs d'arme.


Vous avez tout à fait raison. Aux yeux des miens je ne suis encore qu'une adolescente qui franchira l'âge adulte que dans quelques décennies. En ce qui concerne ma famille je suis la fille unique d'un père qui a été emporté en même temps qu'Auberdine quand l'Aspect fou a provoqué le cataclysme. Ma mère est toujours en vie mais je ne souhaite pas en dire davantage sur elle, je suis navrée. Je n'ai jamais eu de compagnon, encore moins d'enfants.
En tant que druidesse j'ai rapidement appris à me détacher des miens pour m'investir dans une cause plus globale que nombre de personnes ne parviendront probablement jamais à cerner, moi même je ne suis pas certaine d'y être déjà parvenue. Cela impliquait de venir en aide à des populations très différentes, sans prêter attention à leurs origines. J'ai sauvé des membres de mon peuple, de l'alliance, de la horde et des espèces qui ne sont pas de ce monde comme ... les Draenei par exemple. J'ai donc conscience des sacrifices qui découlent de l'investissement à fournir pour une cause comme la vôtre. Le cercle cénarien était tout aussi strict dans ses démarches.
Avatar de l’utilisateur
Mayaelle
Écuyer
 
Messages: 194
Inscription: Mar 21 Juil, 2015 10:13 am

Re: Mayaelle Cherchebosquet

Messagepar Pansepignon » Mer 12 Aoû, 2015 5:22 pm

"Bon, Hurlobisou, il faut qu'on parle.

Je sais, j'ai un ton grave, mais à un moment donné il faut savoir dire les choses. Et je pense que tu manques de rigueur.
Oui, c'est difficile, certes. Mais si c'était facile j'aurais appelé Pansepillon hein.

Je veux dire, il y a une elfe, là, en bas. Tu devais juste me ramener son bâton. Et qu'est-ce que c'est que ça ?

- ...

- Un vers de terre, oui. Ce n'est pas pareil.
Comment veux-tu que j'esp... que j'étudie cette prétendue "elfe" qui semble bien jeune, avec un vers de terre ?
J'ai peut-être 8 000 ans mais je ne suis pas Tyrande non plus, je ne peux pas rester camouflée sur une poutre pendant 2 jours en t'attendant.

Alors fais un effort, s'il te plait."


Et alors que Pansepignon cessait de chuchoter et de bouder, l'oiseau, perplexe, s'envola accomplir sa noble quête.

Bien qu'un petit vers soit tentant.
Avatar de l’utilisateur
Pansepignon
Chevalier
 
Messages: 279
Inscription: Mar 15 Avr, 2014 4:26 pm
Localisation: Perdue.

Suivante

Retourner vers Candidatures acceptées
Retourner vers Index du forum

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron